mardi 25 avril 2017

Lettre ouverte de Naiveté


Message de Naïveté

- "Ma fin est peut-être proche
Que ne sais-je ?
Mes défenseurs Bravoure et Munificence sont faibles
J'écris donc cette lettre au nom de tous les miens :
Persévérance, Bonté, Ingénuité, Bonne volonté, Courtoisie...
Nous sommes nombreux, discrets il est vrai
Cela justifie-t-il l'ignominie ? Non.
Nous dénonçons donc par cette missive 
L'injustice
Dont vous êtes victimes
Car c'est bien de vous qu'il s'agit
Nous, nous sommes ici et ailleurs...
Allons au fait.
Nous sommes ridiculisés et déviés au quotidien
Sur cette terre
Pas une seconde sans torture de toutes sortes
Nous sommes les pestiférés de votre siècle
Sous prétexte de franchise (brutale ou cruelle)
Il est aujourd'hui "normal", "utile" d'être scélérat
Vous appelez cela "stratégie" ou "intelligence"
C'est votre droit. Nous le concédons.
Mais êtes-vous vraiment obligés de nous exterminer ?
De nous poursuivre jusque chez vos enfants ?
De nous faire disparaître de vos sociétés ?
Vous perdez notre usage
Votre monde devient le pré-carré de toute grossièreté.
Où sont passées Délicatesse et Prévenance ?
Vous les avez exécutées sans pitié.
Soit. Nous les retrouverons dans un monde meilleur...
Mais nous refusons de partir, nous vous lançons un appel
Un appel au secours en amour, en toute humilité :
Ne nous laissez pas mourir sous vos yeux
Aimez-nous !
Tel est notre utilité depuis toujours :
Rendre ce monde supportable !
Vous comprenez mieux ?


- Je comprends."


Christina Goh


mardi 18 avril 2017

...


Une déglutition
L'envie d'être ailleurs
De respirer de l'air frais
Prendre un bain tiède
Pour que glissent
Les avanies...
Oublier...
Les inconvenances
Atroces ! Blessent..
Ces cynismes... 
Et ce sourire
Quand j'allais mal...

Est-ce que je saigne encore ?
Non.
Ai-je eu si peur de toi ?
Presque... Oui...
Puis ta fureur ne fût que le néant
D'où a surgi ma résilience.


Christina Goh

jeudi 23 mars 2017

Jusqu'au jour où... Exercice pour l'imaginaire


Miroir, miroir...
Suis-je la plus belle ?
Le roi a essayé les habits de la reine
La reine est morte depuis longtemps

Personne ne sait et il faut faire face
Alors le roi est devenue souveraine
Chaque jour, il se regarde, il se juge
Miroir, miroir...

A la cour, on murmure..
On regrette celle qui aimait
Espère celui qui tant riait
Nostalgie de jours brumeux...

Ils ne paraissent plus à deux...
Y aurait-il un froid, s'est-il lassé,
Le roi ? Non... Peut être la reine ?
A la cour, on murmure...

Miroir, miroir...
Raconte l'histoire d'un royaume
Où tout l'or fût décor, maquillage
Apprentissage d’illusions mirages...

Jusqu'au jour où...


Christina Goh

dimanche 29 janvier 2017

Entendez-vous tout ce bruit ?


Entendez-vous tout ce bruit ?
C'est un tintamarre, un orchestre...
Non... Plutôt une cuisine où
S'entrechoquent les casseroles
Et même la chaleur des marmites
Danse et pousse des chansonnettes !

Dans ce tohu-bohu
Tremblent les inavertis
Les invités de la grande salle
Ceux qui n'ont jamais vu
A quoi ressemble la fournaise
Des fours d'où sortent leurs mets...

Comme une première fois...
Est tombé le vieux rideau rouge
Entre la scène des tables tournantes
Et les coulisses des recettes dressées
Se dévoile l'antre des "cuisiniers" magiciens
De musiques assourdissantes rythmant les vies

Faut-il être surpris ? Non.
Notre pulsion rythmique est la même depuis toujours
On respire. On s'écoute.


Christina Goh

vendredi 30 décembre 2016

Vivants... Aimant(s)


Certains ne peuvent que donner
Ils ne savent se défendre
Laissent l'autre les dépouiller
Et même blessés, exsangues
Leur dernier souffle est un sourire

Certains ne peuvent que lutter
Ils ne savent pas s'apaiser... Et battre
L'autre est une obsession, attention !
Et même blessés, exsangues
Leur dernier souffle est un râle

Certains ne peuvent que se défendre
Ils ne savent pas faire autrement
Leur vie, c'est dire non à l'autre
Et même blessés, exsangues
Leur dernier souffle est un hoquet...

Tous croient tout savoir... Faire ce qu'on peut
Mais nous ne connaissons pas grand chose
Et nous avons transmuté l'autre en inconnu
Sans être blessé ou exsangue...
Et chaque jour nous respirons...

Oui, nous dispensons un souffle à qui en a besoin
Et à chaque fois, un souffle nous est ré-offert
Inspirer...Reçois... Expirer...Offres. En absolu.
Tout notre être s'y applique... Chaque instant.
Respirer... Oui, depuis toujours, nous aimons.

Oui en respirant, tous ne font qu'aimer...
Sans savoir.


Christina Goh
:-) Meilleurs voeux !

mardi 20 décembre 2016

Tu existes !


Tu existes !

Tu existes.
Et ton sourire est ma lumière
La lueur de ton regard mon repère...

Tu existes
Cette seule pensée me transporte
Transcende tout, me rend plus forte...

Tu existes,
Comprends-tu, nul besoin
D'en dire plus. Jamais !

Penses-tu ne pas compter ?
T'imagines-tu les dompter ?
Illusions... Et tu as tort
Tu existes avec soin, nul sort...
Une piste, c'est bien assez
C'est un mystère.
C'est un mystère, n'en déplaise
Jusqu'à lire ces tendres mots
A ton aise, Ami...

Tu existes !


Christina Goh

samedi 10 décembre 2016

De l'air...


Au bord du précipice
Sans un regret, sans un remords
Je me jette dans le vide
Je regarderai droit devant

Loin du sol, loin de toi
Je sens le vent qui me frôle
Il est un écrin de douceur
Il prévient les nuages...

Je suis libre
J'avance et fends l'air
C'est la première fois
Nous sommes plusieurs

Savoir où l'on va
Et pourquoi
C'est la première fois
Nous sommes plusieurs.

Au bord du précipice,
Sans remords, sans condition
Mes pensées ne se sont raccrochées à rien
Comme la vapeur de l'air, légère et vive

De l'océan dont les abysses assure la pérennité
Ou de l'arbre profondément ancré qui se dresse...
Ainsi les racines dans le cœur, denses, sont immenses...
Oui, elles permettent de s'envoler !


Christina Goh